Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rédiger des textes vécus et actuels, écrire des poèmes. Partager les photos de régions et pays divers. Ce blog est un partage, amitié, amour Pensées et mots pour panser des maux.

Trois foulards ( Résistantes )

****************************
A l'occasion d'un accident survenu dans notre fabrique de machines à écrires où l'une d'entre nous a eu une touffe de cheveux prise dans l'engrenage de sa machine à percer, la direction affiche à la pendule à pointer que toute personne travaillant sur machines devrait se coiffer.
Ce que l'on fit.
Quelques jours après, nous devions avoir la visite de messieurs les allemands et, pour bien les recevoir nous avions manigancé une farce : d'un côté, les décolleteuses avaient un foulard bleu ;  les fraiseuses, au milieu de l'atelier, un foulard blanc, les perceuses, de l'autre côté, un foulard rouge.
Je vous assure que cela a fait un très bel effet.
Les allemands sont entrés et ressortis aussi vite.
On s'est fait " engueuler " !
Ce n'est peut-être pas grand-chose : une petite résistance anodine, mais elle voulait bien dire ce que nous pensions et nous avons bien rigolé "... 
( une narration d'une femme sous l'occupation...)
extrait de_ " les inconnus de la résistance "


Fichier hébergé par Archive-Host.com

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> il y avait tout sorte de façon de marquer nos sentiments. J'étais aux coeurs vaillants pendant l'occupation, tous les jeudis et samedi après midi. Par beau temps, nous allions dans un pré pas, loin<br /> de l'hôpital occupait par les allemands. Il y avait un poste de garde et toujours une sentinelle devant la gille.<br /> <br /> Quand nous passions devant, le vicaire nous mettait aux pas cadencés et nous faisait chanter cette chanson: " C'était un soir, sur les bord de l'Yser, u soldat belge qui montait la faction,<br /> viennent à passer 3 jeunes militaires, parmi lesquels était le roi Albert. "Qui vive là cria la sentinelle, qui vive là, vous ne passerez pas, si vous passez craignez ma bayonnette, retirez vous,<br /> vous ne passerz pas......<br /> <br /> <br /> Je t'assure que le coeur battait à 100 à l'heure. Et nous n'étions que des mômes entre 10 ans et 14 ans. mais que savions nous...... rien sinon que c'étaient des occupants !!<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> A coeur vaillant rien d'impossible, j'étais dans les " Ames vaillantes " j'ai connu ça aussi, amitiés<br /> <br /> <br />
F
encore bravo!!! bisous
Répondre
E
<br /> bises à toi la belle fée<br /> <br /> <br />
T
Quelques actes anodins mais si importants !C'est bien grâce à tous et toutes ces anonymes que nous sommes là et que nous avons les droits que nous avons aujourd'hui.Bises et douce nuit !
Répondre
E
<br /> bises et merci*******et quand tu veux*********<br /> <br /> <br />